Coups de Coeur

Cette page est  à dérouler vous y trouverez  des coups de coeur très variés, alors  n'hésitez pas !

 

 

Le saviez-vous ?

Il est à Limours une minuscule et délicieuse échoppe, toute de livres emplie.

 

Que l’on soit grand ou petit, vieux sage ou un peu fol, rêveur ou terre à terre, dans cet écrin délicat, chacun trouve lecture à son goût.

 

Depuis peu sur leur site raffiné et convivial, les libraires nous proposent des résumés d’ouvrages récents, nous parlent d’évènements littéraires, nous offrent la possibilité de commandes à distance…

 

Alors, n’hésitez plus, poussez la porte du 1bis rue du Couvent et visitez le site: http://www.librairie-interlignes.com

 

2018

Bonjour à toutes et tous.

 

       Je viens de terminer un livre d'Eric Orsenna qui m'a ravie : " La grammaire est une chanson douce ". Livre de poche que j'ai trouvé dans une' boite à livres 'des environs.

       Vous qui aimez les mots, qui avez le plaisir de lire et d'écrire, si vous ne l'avez pas lu essayez de vous le procurer ; pour moi c'est un vrai bijou !

       Demain je le déposerai dans la 'boite à livres' de Forges. A bon entendeur, salut !     Marcelle

          

 

 

 

 

 Petit compte rendu concernant deux interventions au Club Féminin des Ulis.

 

 Le Club féminin des Ulis (100 adhérentes) situé à Courdimanche, fonctionne tous les jeudis de 13 heures 30 à 16 heures, certains jeudis se passent à l'extérieur.

Des responsables de ce Club nous ont demandé de faire intervenir une personne pouvant animer ce temps de rencontres.

 

- Le jeudi 2 juin 2016 Dominique YONNET a accepté d'intervenir et avec brio a récité des textes, joué quelques scènes...

- Le jeudi 12 janvier 2017 Stella GAROIS est intervenue et comme à son habitude a passionné son public. (Thème l'Arménie).

Une quarantaine de personnes étaient présentes et le plaisir de chacune était palpable pour les 2 rencontres.

Dans le cadre de cet échange interclub il est question de recevoir pour "lecture-re-découverte" une conférencière adhérente du Club Féminin des Ulis pour une présentation.

Toujours à la recherche d'enrichir nos rencontre  - Lysiane
 

    COUPS DE CŒUR : 

"La petite paroisse d'Alphonse Daudet

 

 

 

 

   Dans « La Petite Paroisse », Daudet s’est inspiré de l’histoire de la chapelle Sainte-Hélène, que l’on peut encore voir près de sa maison rue Alphonse Daudet à Draveil-Champrosay.


«
Le charme de M. Alphonse Daudet, ce charme profond qui lui a valu une si haute place dans notre littérature contemporaine, vient de la saveur originale qu’il donne au moindre bout de phrase. Il ne peut conter un fait, présenter un personnage sans se mettre tout entier dans ce fait ou dans ce personnage, avec la vivacité de son ironie et la douceur de sa tendresse. » (Émile Zola).
Un roman sur les mœurs conjugales, sur la jalousie, le pardon et la pitié.
Un livre à découvrir ou redécouvrir, un vrai plaisir de lecture.
Huguette

 

« Otages intimes » de Jeanne Benameur

Il est des livres qui, la dernière page tournée, laissent le lecteur pantelant, silencieux, comme s’il lui fallait se remettre de sa lecture, capitaliser et dans le même temps canaliser ses émotions.
« Orages intimes », de Jeanne Benameur, est pour moi un de ceux-là.
Pour ce qu’il m’en souvient, chacun des romans de cet auteur m’a bouleversée ; celui-ci ne fait pas exception à la règle.
Jeanne Benameur y fait dire à un de ses personnages «  Je ne suis pas une combattante mais je fais ce que je peux pour que la beauté arrive enfin au monde. ». Nul ne doute que l’auteur s’approprie ces propos et les efforts qu’elle déploie ne sont pas vains.
A l’heure du terrorisme, des attentats et d’une guerre fratricide, Jeanne Benameur parvient à nous faire vivre de l’intérieur les terreurs des otages et leurs difficultés à se réadapter au monde qui était le leur avant la réclusion. « Les atrocités vues dans le monde vous prennent une part de vous. »
Bourreaux ou victimes, nul n’échappe à l’analyse poussée qu’elle échafaude de leurs pensées et de leurs agissements.
Malgré la noirceur du sujet, ce livre se veut un message d’espoir et de résilience : «  Il faut inventer le visage neuf des jours neufs ». Le personnage principal du récit, photographe de guerre, qu’une période d’enfermement aura fortement déstabilisé au sein d’un pays soumis au chaos, trouvera la question à ses réponses auprès des siens, au creux d’une nature sauvage mais apaisante. D’autres zones d’ombre de son passé lui seront aussi révélées. Il comprendra qu’otage, il l’était déjà au fond de lui-même, depuis son enfance, et qu’il lui appartenait de se délivrer. Jeanne Benameur conclut : «  Il sait maintenant qu’il n’aura pas assez de tous ses jours et de toutes ses nuits pour aller chercher dans le monde de quoi nourrir l’espérance. ».
Je cite : « C’est un livre aux phrases courtes, simples. Enzo disait que cet homme travaillait les mots comme lui,  le bois. Il devait les sentir d’abord, savoir bien d’où ils venaient, suivre leur trajet à l’intérieur de lui-même avant de les écrire sur le papier. » N’est-ce pas là tout le talent de Jeanne Benameur ? Offrir un livre aux mots soigneusement choisis, livre charnel, doux et cruel à la fois, qui laisse le lecteur respirer et assimiler chaque phrase, la digérer doucement . Le lecteur peut ainsi s’approcher au plus près des sensations et des sentiments évoqués, tout en effectuant un retour sur lui-même, afin mieux se connaître au travers des personnages du roman.
Chez Jeanne Benameur, le pouvoir des mots et des silences prend tout son sens.
Huguette février 2016.

 

Temps glaciaires » de Fred Vargas.

                                              

                      Pour qui apprécie les récits policiers sans ingrédients saignants mais juste à point.

Pour qui se délecte d’enquêtes mijotées avec un art consommé du suspense.

Pour qui attend d’être surpris par de subtils détours et rebondissements.

Pour qui se régale d’un style original aux métaphores acidulées.

Pour qui se pourlèche d’une écriture truffée de bons mots, aux dialogues percutants et aux répliques mordantes.

Pour qui savoure la compagnie de personnages atypiques aux caractères diversifiés et goûteux.

 

A travers ses romans, Fred Vargas a su créer un microcosme qui n’appartient qu’à elle et que le lecteur retrouve toujours avec plaisir, mis en appétit dès les premières pages……

 Huguette Morin, novembre 2015

 

Jeudi 27 février 2015 :

Le vieux marin de Jorge Amado (1912-2001) un maitre de la littérature brésilienne aux éditions Stock.
Mais qui est vraiment le commandant Vasco Moscoso de Aragao
capi
taine au long cours qui relate, devant un auditoire subjugué ses nombreuses aventures dans les océans, mers et ports lointains ?
Roman très agréable à lire, souriant, dont en aucun cas je ne vous dévoilerais la chute. A vous de sourire.
Eveline D

 

La librairie Interlignes possède encore quelques exemplaires d’un recueil écrit par Elda von Korff :

« Êtres ou ne pas être »

 

   ..."Ces pages aux réflexions douces et amères se voulaient intimes, mais voilà qu'elles paraissent aujourd'hui vous apporter un témoignage sur l'évolution et l'accompagnement d'un être frappé par la maladie d'Alzheimer, maladie actuellement encore incurable."

 

Début février 2015 : Ces pages se sont effectivement échappées, qu'elles sont émouvantes, elles donnent à penser, incitent à aider, à partager avec ceux qui cherchent ou chercheront à comprendre cette maladie, ou à la  ???? Soyons optimistes...

Anonyme....

COURANT 2014 /

Quelle expérience que la lecture de « Purge » de Sofi Oksanen!

« Pourquoi la vieille Aliide se terre-t-elle, en 1992, au fin fond de la campagne estonienne ? Quel rôle va jouer  auprès d’elle

cette jeune Zara venue d’on ne sait où ? Quel lien les relie à travers le temps et l’Histoire ?

Outre l'intérêt historique (étayé par une chronologie et une carte détaillées), le plaisir du lecteur est grand devant

la maîtrise du récit et la gestion d’un suspens jamais gratuit. Le décloisonnement des périodes ne donne pas forcément

une lecture aisée  mais ajoute à la recherche d’une vérité qui n'est dévoilée que par petites touches. Quant à la fin,

quelle trouvaille de la part de l'auteur!

Il est vrai que ce n'est pas un livre facile, il ne laisse pas insensible, le ton est lourd et amer ; certaines scènes frappent par

leur côté très cru, mais quelle force d'évocation dans ce roman qui, tout en informant le lecteur sur une période trouble,

se dévore comme un excellent polar. Un livre à conseiller, un auteur à suivre...

Les jours, les mois, les années de YAN Lianke

Une terrible sécheresse contraint la population d'un petit village de montagne à fuir vers des contrées plus clémentes.

Incapable de marcher des jours durant, un vieil homme demeure, en compagnie d'un chien aveugle, à veiller sur

un unique pied de maïs. Dès lors, pour l'aïeul comme pour la bête, chaque jour vécu sera une victoire sur la mort.

Ce livre est d'une force et d'une beauté à la mesure du paysage aride, de cette plaine couronnée

de montagnes dénudées où flamboie un soleil omniprésent.

Le roman de Yan Lianke est un hymne à la vie. La fragilité et la puissance de la vie, et la volonté obstinée de l'homme de la

faire germer, de l'entretenir, d'en assurer la transmission. C'est un acte de  foi, aux confins du conte et du chant,

à la langue entêtante, comme jaillie de la nuit des temps ou des profondeurs les plus intimes de l'être.

 

Jacqueline Manneville

 


 

Découvrez le  site de la bibliothèque municipale Raymond Queneau de Limours :

www.bibliotheque-limours.net

 

Voir sur la page des expositions-conférences ce qu'il ne faudrait pas manquer à la bibliothèque

 

 Haut de page