Lecture des Aînés

 

 

 

 

 

 

L'Association des Amis de la bibliothèque permet aux Résidents aux moines de se retrouver en fonction d'un calendrier pré établi pour écouter une lecture suivie. Les lectures sont ouvertes à tous, ne pas hésiter à pousser la porte.

 

 

 

Nous avons à nouveau le plaisir de vous communiquer ci-dessous le calendrier de la sélection des ouvrages qui feront l'objet de nos échanges dès la rentrée septembre 2021-2022.

 

 

 

 

Planning :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     
     
     
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résidence aux Moines


Bienvenue sur cette page.

 

Rappel : Le troisième lundi de chaque mois, à la Résidence aux Moines, venez nombreux, écouter la lecture proposée à nos Aînés. L'entrée est libre, l'accueil et le cadre sont fort plaisants.

Sachez que  les résumés des lectures publiés sur ce site sont également  lisibles à la Bibliothèque.

Concernant les années écoulées : 2009 à 2013 vous pouvez toujours lire les résumés des  textes  des lectures  en cliquant ICI

Concernant l'année écoulée 2013-2014 vous pouvez toujours lire les résumés des  textes  des lectures  en cliquant : ICI

Lecture à la Résidence aux Moines

 

 

 

C'est la reprise !

 

Les lectures à voix haute des conteuses  des Amis de la bibliothèque reprennent : 

Lundi 29 novembre à 15 heures :

 

-

 

- le 27 septembre avec "les nouvelles" de Jean Teulé"

 

Nous avons choisi de laisser les résumés des textes lus d'avant la Covid ....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 30 septembre 2019

 

 Sur les traces de Pierre Perret

 

 

 

Chanteur populaire et auteur reconnu, Pierre Perret s’illustre par un répertoire hétéroclite composé tour à tour de chansons enfantines, comiques, grivoises, légères ou engagées, qui naviguent entre humour et tendresse. En marge de la chanson, il a publié de nombreux ouvrages sur la langue française et plusieurs sur la gastronomie, son autre passion.

Deux de ses livres ont nourri la présentation : « Le café du pont », suivi de « A cappella » : pour y retrouver un personnage attachant…

 

 

Nous laissons les textes ci-dessous qui peuvent susciter des idées de lecture.

 

 

Lundi 28 octobre 2019

 

Destins de femmes

 

 

   Olympe de Gouges

 

Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née le 7 mai 1748 à Montauban et morte guillotinée le 3 novembre 1793 à Paris, est une femme de lettres française, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français.

Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l'esclavage des Noirs.

Elle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes.

 

  Sarah Bernhardt

 

« La mère de Sarah était une courtisane parisienne. On ignore qui était son père6, Sarah ayant toujours gardé le silence sur son identité. La date de naissance de Sarah Bernhardt est incertaine et débattue. De même, le lieu de sa naissance n'est pas plus sûrement établi.  Une certaine inclination de l'actrice à l’affabulation concernant sa vie n'a pas aidé à démêler l'écheveau9.

Sarah passe une petite enfance solitaire chez une nourrice à Quimperlé où elle ne parle que le breton. Le duc de Morny, l'amant de sa tante, pourvoit à son éducation en l'inscrivant dans en 1853 au couvent. Elle y joue son premier rôle, un ange dans un spectacle religieux. Elle reçoit le baptême chrétien en 1857 et envisage de devenir religieuse. Elle quitte vers quatorze ans la vie monacale et passe le concours du Conservatoire où elle est reçue. Elle prend aussi des leçons d'escrime, dont elle tirera profit dans ses rôles masculins comme Hamlet. Elle entre en 1859 au Conservatoire d'Art dramatique de Paris. Sortie en 1862 avec un second prix de comédie, elle entre à la Comédie-Française mais en est renvoyée en 1866 pour avoir giflé une sociétaire. »

Voici les débuts déjà mouvementés de la vie de celle qui fut peut-être la première des divas, avec ce tempérament de battante qui la mènera au sommet… 

 

   Juliette Drouet

Jeune artiste figurante découverte par Victor Hugo, elle sera sa muse, son amante, sa secrétaire, tout au long d’une vie consacrée exclusivement à son « grand Homme ».

 

 

Lundi 25 novembre 2019

 

Autour de Boris Vian

 

 

Boris Vian, né le 10 mars 1920 à Ville d'Avry et mort le 23 juin 1959 à Paris, est un écrivain, poète, parolier, chanteur, critique musical, musicien de jazz (trompettiste) et directeur artistique français.  Ingénieur formé à l' Ecole Centrale, il s'est aussi adonné aux activités de scénariste, de traducteur, de conférencier, d'acteur et de peintre.

Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a publié plusieurs romans dans le style américain, parmi lesquels :"J'irai cracher sur vos tombes" qui a fait scandale et lui valut un procès retentissant. Si les écrits de Vernon Sullivan ont attiré à Boris Vian beaucoup d'ennuis avec la justice et le fisc, ils l'ont momentanément enrichi à tel point qu'il pouvait dire que Vernon Sullivan faisait vivre Boris Vian. Il a souvent utilisé d'autres pseudonymes, parfois sous la forme d'une anagramme , pour signer une multitude d'écrits.

Boris Vian a abordé à peu près tous les genres littéraires : poésie, documents, chroniques, nouvelles. Il a aussi produit des pièces de théâtre et des scénarios pour le cinéma. Son œuvre est une mine dans laquelle on continue encore de découvrir de nouveaux manuscrits au XXIe siècle. Toutefois, sa bibliographie reste très difficile à dater avec précision, lui-même ne datant pas toujours ses manuscrits. Il est également l'auteur de peintures, de dessins et de croquis. Pendant quinze ans, il a aussi milité en faveur du jazz, qu'il a commencé à pratiquer dès 1937. Ses chroniques, parues dans des journaux ont été rassemblées en 1982 : Écrits sur le jazz. Il a aussi créé quarante-huit émissions radiophoniques.

Son œuvre littéraire, peu appréciée de son vivant, est saluée par la jeunesse dès les années 1960-1970. en particulier, avec ses jeux de mots et ses personnages à clef, est passé à la postérité. Il est désormais un classique.

Réputé pessimiste Boris Vian adorait l'absurde, la fête et le jeu. Il est l'inventeur de mots et de systèmes imaginaires. Mais il a également élaboré des projets d'inventions véritables lorsqu'il était élève ingénieur à l'Ecole Centrale de Paris. Sa machine imaginaire la plus célèbre est restée le "pianocktail"  instrument destiné à faire des boissons tout en se laissant porter par la musique.

Il meurt en 1959 (à 39 ans) à la suite d'un accident cardiaque.

Propos recueillis sur Wikipédia...

 

Lundi 27 janvier 2020

 

Chiens et Chats

 

 

Bien des auteurs ont magnifié leur affection pour leurs compagnons à 4 patte, Colette, notre amie poétesse Elda, et bien d’autres encore dont les écrits nous ont fait sourire ou nous ont ému(e)s.